English

Chaque fois que j’entends des gouvernements occidentaux parler de démocratie et de droits de l’homme, ça me fait vraiment rire ; un rire de mépris je vous le dis tout de suite.

Rien que durant le dernier siècle, le bilan de ces démocraties en terme de droits de l’homme est vraiment extraordinaire. Colonisations, escalavages, tortures, viols, racisme systémique, bombardements, tueries de masse. Les démocraties occidentales ont été et sont encore les protectrices de plusieurs dictatures sanguinaires partout dans le monde. Mais ça dépend quelle dictature. Il y a des dictatures qu’on va condamner, désigner du doigt, et leur mettre derrière la machine médiatique comme des chiens enragés. Et puis il y a d’autres dictatures qu’on va protéger, embellir, et avec qui on va faire du commerce florissant.

Rappelez-vous juste de Saddam Hussein en Iraq. C’était un gentleman à qui on rendait visite et on vendait des armes, même s’il gazait parfois des Kurdes ici et là. Et puis tout d’un coup il était devenu un méchant. Aux États-Unis, des citoyens naifs, qui ne savaient même pas où se trouvait l’Iraq sur la carte du monde, se sont réveillés un jour devant leurs télés pour réaliser que Saddam Hussein était un grand méchant qu’il fallait abattre. Les États-Unis d’Amérique sont allés exporter la démocratie et les droits de l’homme en Iraq. Riez un peu s’il vous plaît !

Durant les derniers siècles, les gouvernements européens sont allés exporter la civilisation et le bon goût sur les continents américain, africain, asiatique et océanique. Vous la connaissez sûrement l’histoire. Enfin, ça dépend ; c’est pas vraiment ce sur quoi on va longuement s’arrêter dans les programmes scolaires en Europe. En gros, on a massacré à peu près tout le monde. Et puis même sur le continent européen, très récemment, on embarquait des juifs dans des trains de la mort parce qu’ils sont juifs.

Aux États-Unis d’Amérique, il n’y a pas si longtemps, les personnes à la peau noire étaient légitimement les esclaves des gens “civilisés”. Aujourd’hui, les temps modernes sont arrivés et les droits universels sont devenus la norme ; des nègres se font tuer à bout portant par des policiers de race supérieure. Il y a des tribunaux on nous dit. Embauchez un avocat et allez-y. La justice est indépendante.

Selon la relation avec le pays, on informe l’opinion publique comme on le souhaite. La Russie par exemple c’est un état voyou et Vladimir Poutine un ennemi. Israel, par contre, est un état qui agit en toute légitimité et respect des conventions internationales. L’histoire est toujours exactement la même. Kim Jong-un de la Corée du Nord est un méchant dictateur. Abdel Fattah al-Sissi en Égypte, ça va ; c’est vrai qu’il torture des opposants politiques dans les prisons, mais vu qu’il achète des armes et qu’il soit bon pour le commerce, alors on ne dit rien. On pourrait continuer avec des dizaines et des centaines d’exemples comme ça.

En fait, l’hypocrisie des gouvernements occidentaux est connue et devenue de plus en plus flagrante pas seulement pour les Russes, les Chinois, les Africains, les Latinos, etc., mais aussi pour plusieurs des citoyens de ces pays occidentaux eux-mêmes. Des Occidentaux deviennent de plus en plus écœurés par leurs propres démocraties.

Lorsque Joe Biden et Emmanuel Macron, au nom des peuples américains et français, serrent la main du jeune Mohammed ben Salmane Al Saoud devant les caméras, tout le monde le sait que c’est un peu embarrassant. Mais il faut savoir qu’ils font cela pour le Bien ultime de leurs citoyens, et aussi pour continuer à promouvoir la démocratie, les droits de l’homme et de la femme (surtout de la femme), ainsi que la lutte contre l’apocalypse climatique.

On s’étonnera par la suite que des régimes autocratiques apparaîtront ici et là et voudront eux aussi, au nom de leurs civilisations historiques, devenir les impérialistes de demain. Vu que les États-Unis exportent leur démocratie et leurs droits de l’homme, la Chine aussi exportera sa démocratie et ses droits de l’homme. Autrement dit, la Chine aussi voudra avoir des bases militaires partout sur le globe et dans l’espace. Auprès de leurs populations respectives, chacun se décrira comme le gentil pour désigner l’autre comme le méchant ; c’est la condition psychologique nécessaire à la guerre. Vous connaissez le reste de l’histoire. Il y aura toujours des jeunes soldats pauvres et naïfs, ou sinon des drones et des robots, qui iront exporter la Bonne Nouvelle.