Nadim M.

Doktor K.

Lettre d’une plante chamanique

English

Mes racines se sont logées dans la Terre depuis des millions d’années. J’ai connu une multitude de vibrations, de celles des petites molécules aux chocs des météorites. Je tire mon énergie vivante aussi bien de l’univers microscopique dans le sol, comme des photons de notre Soleil. Pour me connaitre, il suffit de me mettre à l’intérieur de toi-même. Tu verras que j’ai un message pour toi. Ce n’est pas par hasard que je produis dans mon corps physique une molécule que ton corps peut capter et métaboliser. Toi et moi avons une très ancienne connection.


Si tu veux vraiment que mon message te parvienne, fais-moi confiance et relaxe-toi. Ouvre tes bras et ton cœur et laisse-toi aller. Je vais t’emmener vers les coins infinis de ta propre conscience. Mais pour cela, il faut avant tout que je te fasse quitter ton corps physique, tes idées, ta mémoire, ton identité, ton histoire, ton passé et ton futur.


Pour parler autrement : Il faut que tu me laisses te détruire complètement !


Faisons une pause pour voir comment tu interprètes ma dernière phrase. Que comprends-tu par les mots “te détruire complètement” ? Et comment te sens-tu ? Est-ce que tu as peur de moi ? Et si oui, tu as peur de quoi exactement ?


Je vais essayer d’expliquer. Toi et moi sommes tous les deux programmés pour aimer la survie et fuir la mort. Nous sommes aussi tous les deux programmés pour nous développer plutôt que de nous détruire. Mais la destruction dont je parle n’est pas une destruction négative. Je te parle en métaphore. La destruction dont je parle est le prérequis pour une grande renaissance ; une renaissance accompagnée d’une liberté cosmique. La destruction dont je parle est la destruction des barrières mentales, c’est la libération absolue de ton être le plus profond et le plus fondamental.


Voici comment se déroulent les choses, plus ou moins. Mais il faut savoir que si tu me fumes, la cérémonie ne se déroulera pas de la même façon que si tu m’ingères. Mais le fond des choses, ainsi que la préparation mentale, restent les mêmes. Pour expliquer tout cela, il faut avant toute chose que je te parle du fonctionnement habituel de ton cerveau ou de ton esprit, comme tu veux ; pour moi ces deux choses sont à peu près les mêmes.


Tu as en toi, comme moi, une croyance que tu considères souvent comme une vérité absolue. Cette croyance c’est celle de ton existence en tant que entité libre et autonome. Tu as dans ta tête une histoire longue et complexe, des millions de souvenirs, d’idées, de concepts, de mots, d’images, de sensations, d’espoirs, de peurs, etc. tous stockés et construits les uns par-dessus les autres dans ce qu’on peut appeler ta mémoire ou ton identité.


Pendant que tu dors la nuit, tes neurones consolident des connections, des mémoires et des savoirs, et en détruisent d’autres, ou bien les rendent plus fades, plus difficilement accessibles. Lorsque tu te réveilles le matin, ton cerveau fait rouler une sorte de logiciel en arrière-plan de ta conscience. Tu penses à te lever de ton lit, peut-être au café, à ce que tu vas faire dans les prochaines minutes et les prochaines heures. Mais cela n’est possible que parce que tu crois savoir qui tu es. Dès les premières secondes du réveil, tu sais comment tu t’appelles, où tu es (ta position dans l’espace), quel âge tu as (ta position dans le temps), quelle est ton histoire, ton métier, tes relations, etc. Toutes ces choses que tu sais, ou tu crois savoir, occupent une partie considérable de ton activité cérébrale et mettent ton esprit dans une certaine disposition. On dit alors que ton cerveau est organisé, ou bien interconnecté, d’une certaine manière. C’est ce que j’appelle le mode par défaut de la conscience. Ce mode de fonctionnement est celui qui permet à tous les animaux, dont nous faisons partie, de sentir et percevoir le monde d’une certaine façon, et cette façon est la plus utile pour notre survie et la reproduction de la vie. De la bactérie jusqu’aux grands singes, en passant par les insectes et les chauves-souris, chacun “construit” son univers par l’interaction de ses molécules avec les molécules du monde.


Lorsque je t’ai parlé de “me laisser te détruire”, je faisais allusion à la destruction de ce mode par défaut de ta conscience. Mon rôle est de modifier le fonctionnement de ta conscience en effaçant (temporairement) tout ce que tu sais, et en particulier tout ce que tu sais sur toi-même. Cela mène à ce qu’on appelle la mort de ton ego et l’atteinte d’un état altéré de conscience.


Si tu me laisses faire, je libérerais ton esprit de tout ce que tu croyais savoir, afin de laisser la voie pour un nouvel univers d’émerger en toi. Tu ne sauras plus ni comment tu t’appelles, ni qui tu es. Tu ne feras plus aucune différence entre le passé, le présent et le futur. Tu perdras toute ta mémoire et tu abandonneras complètement la relation que tu pensais avoir avec ton corps. Ça sera moi, l’esprit de la plante, qui prendra soin de diriger ton corps et ton esprit. Tu verras des choses que tu n’auras jamais vues, et tu sentiras des choses que tu n’as jamais senties. Ton corps bougera d’une façon avec laquelle il n’a jamais bougé, et ton esprit sera en même temps ici là, mais aussi sur des galaxies lointaines.


Il y a un moment où tu te demanderas si tu n’es pas en train de sombrer dans la folie. Il peut y avoir en toi une certaine résistance à lâcher prise et à accepter d’exister sans savoir qui tu es, ni ce que tu fais. Une partie de toi-même pourrait refuser de perdre totalement le contrôle. Une peur très subtile pourrait se faire sentir, et tu pourrais vouloir t’accrocher à ton être ou à ce qui reste de ton ego, à ton monde habituel où tu penses savoir qui tu es et ce que fais. Mais moi je te dis : Oublie ce monde et fais-moi confiance ! Laisse-moi te guider vers de nouveaux mondes inconnus, et je te promets que je te ramènerai petit à petit vers ta vie habituelle. Mais sache que ta vie habituelle ne ressemblera plus jamais plus à celle d’avant. Si je rentre en toi une fois, tu ne m’oublieras jamais.


Le voyage que je te propose de faire est un voyage cosmique, et un retour à l’origine de la vie. Je pourrais te mettre en face d’un miroir que tu n’as jamais vu avant. Il se peut que tu vois des peurs et des traumatismes que tu essaies de fuir, des blessures que tu refuses de guérir, des rêves que tu n’oses pas poursuivre. Je pourrais te faire pleurer, rire, crier, souffrir… Mais au final, je ne te veux que tu bien. Je peux te faire atteindre des états de transe prolongée, pendant lesquels tu auras l’impression de devenir omniscient. Tu pourrais ressentir ce que tous les êtres vivants ressentent, entendre tous les sons du cosmos lorsqu’ils se mélangent dans le son originel et absolu du Om.


Je ne suis qu’une simple plante. Et tu n’es qu’un simple être humain. Je suis aussi vulnérable que toi, et tu es aussi vulnérable que moi. Lorsque tu me prends savamment, tu me fais réaliser le potentiel de mon existence. Et lorsque moi je te prends, je te fais réaliser le potentiel de ton existence.


Nous coéxistons depuis très longtemps. Nous sommes des vieilles âmes et des vieux amis. Je prie toujours pour toi avant de te prendre vers les recoins sacrés de la conscience. Je te demande aussi de prier pour moi pour que je demeure une plante sacrée, puissante, et révélatrice des secrets les plus mystiques et profonds.

%d bloggers like this: