Mes ami.e.s,

L’amour n’est pas le mariage, ni des promesses, ni de la poésie, ni de la musique. L’amour n’est pas le fait de vivre ensemble ou de vivre séparés, ni le fait de se toucher ou ne pas se toucher. L’amour n’est pas un calcul, ni un partage, ni la construction de projets.

L’amour n’est pas de la jalousie, ni de la possession, ni de la haine. L’amour n’est pas le divorce, ni les insultes, ni les querelles.

L’amour n’est pas le fait d’engendrer un nouveau-né ! À moins que vous voulez qu’on parle de l’amour d’un taureau envers une vache qui produit un petit veau qui beugle, ou celui d’un cochon envers une truie qui produit un porcelet qui grogne !

L’amour n’est pas une maison, ni un château, ni un palace. L’amour n’est pas une bague en diamant, ni une bouteille de vin, ni une chandelle. L’amour n’est pas le fait de se dire “Je t’aime !”

Vous allez me dire : Mais qu’est-ce qu’il en reste ?

Vous demandez : Qu’est-ce que l’amour sinon ?

Et moi, qu’est-ce que j’en sais ? Il y a très longtemps que je ne sais plus en parler ! Je suis devenu comme un sourd-muet et comme un aveugle !

Je baigne comme un poisson dans l’océan de l’inconnu ! Je pleure de joie, je me réveille la nuit pour faire des prières et écrire des poèmes !

Je te cherche partout, et je te trouve où je vais. Je plonge en toi jour et nuit, dans mes rêves comme dans ma lucidité !

Je suis entièrement aveuglé par ta lumière. La nuit tu es ma lune et mon étoile, le jour tu te transformes en un chaleureux soleil.

Mon corps a complètement fondu dans le tien. Mon esprit a explosé en mille morceaux. Tu me regardes seulement une seconde et immédiatement j’atteins l’orgasme.

Dès que tu me tiens la main, je sens que je n’existe plus. Mes yeux se referment et je te laisse m’emmener où bon te semble. Pour toi, mon coeur est sans aucune enveloppe, que tu le regardes, le caresses ou que tu le poignardes ; je suis prêt à tous les dangers ! J’ai depuis longtemps abandonné mon être, pour n’espérer devenir que ton petit poète.

Dans mes rêves les plus fous, j’ai envie d’être avec toi sans arrêt. J’ai envie de danser avec toi toute la nuit, et je ne voudrais plus que le soleil se lève. Je veux voir ton visage à la lumière d’une petite chandelle, et goûter dans tes lèvres le vin de l’ivresse irréversible.

Oui… Je ne veux retrouver ni ma raison, ni aucune une autre raison de vivre !

Rends-moi fou ! Ravive ma flamme ! Je veux que le désir brûle toute mon âme !

Je veux devenir comme un taureau incontrôlable, comme un sanglier écervelé, comme un loup qui hurle, comme un tigre qui râle, comme un éléphant, comme un orignal !

Mais dès que tu m’enveloppes avec ton corps et ton âme, je me transforme en un petit chat qui miaule, un petit poussin perdu, un cigogneau qui vient de naître.

Oui, tu as fait de moi un petit enfant, un nourrisson, un bébé qui baigne dans le ventre de ton univers, et que tu nourris sans même connaître son visage ni son genre.