Nadim M.

Doktor K.

1/10. Le travail et la préservation de la vie

Translated from English

Temps de lecture : 3 min.

Bien qu’il soit difficile de définir avec précision le travail, il est important de ne pas le lier nécessairement au fait de gagner de l’argent. D’abord parce qu’on peut travailler sans gagner d’argent (faire du bénévolat ou produire sa propre nourriture, par exemple) et qu’on peut gagner de l’argent sans travailler (revenus financiers ou jeux de hasard, par exemple); ensuite parce que l’argent est une notion relativement nouvelle dans l’histoire de l’humanité, alors que le travail existait bien avant le mot “travail” lui-même. Nous pouvons certes penser au troc, mais également à l’agriculture, à l’élevage, à la chasse, à la construction de maisons et à la fabrication d’outils. Donc, si nous convenons que toutes les activités réalisées en vue d’assurer l’abri et la survie sont considérées comme du travail, nous pouvons facilement nous entendre sur le fait que d’autres animaux travaillent également ; beaucoup d’entre eux chassent, les oiseaux font des nids, les araignées font des toiles d’araignées et les vaches marchent à la recherche de nourriture. Si nous continuons à observer ce que font de nombreux animaux au cours de leur journée (fourmis, serpents, papillons, vaches, poules, rats, etc.), nous découvrons qu’ils travaillent la plupart du temps : chercher de la nourriture, chasser, garder leurs œufs et leurs familles, à la recherche d’abris sûrs.

Le point commun entre toutes ces activités est qu’elles sont menées dans le but de préserver la vie. Si le travail est une activité exercée dans le but de préserver la vie, la recherche d’un partenaire, le fait d’avoir des relations sexuelles et l’élevage d’enfants constituent l’un des niveaux de travail les plus élevés. Dans ce cas, la question n’est pas de se demander si les animaux, y compris les humains, travaillent ou non, mais plutôt de savoir quand ils ne travaillent pas. Nous pouvons penser ici par exemple à l’image d’un chien couché sur le sol à moitié endormi ; est-ce qu’il travaille ? On pourrait peut-être dire qu’il fait une pause. C’est la même chose pour nous et les autres animaux qui dorment. On pourrait dire que dormir n’est pas un travail, même s’il s’agit d’une activité nécessaire pour préserver la vie. Mais puisque cette activité semble passive (nous le faisons en réalité en ne faisant rien), nous pourrions la considérer comme un non-travail. Mais comme le sommeil est aussi nécessaire pour la préservation de la vie que la construction d’un abri et la recherche de nourriture, on pourrait aussi le considérer comme du travail.

Advertisements
%d bloggers like this: